Créer un site internet

Carnet de voyage

 

Vendredi 11/09

Bien arrives a Moscou

pas facile vous ecrire

il manque certains caracteres

grosse marche ce jour :

le mausolee (Lenine toujours aussi pale !) , la place rouge (toujours aussi rouge !), la basilique st basile le bienheureux aussi baroque  en interieur qu!en exterieur, le Goum superbement renove

la fameuse rue arbat transformee en rue pietonne et commercante comme partout

on s est un peu trompe en prenant le metro ce aui nous a fait passer au cybercafe trouve par chance

trouverez vous la lettre qui nous manque ?

 

 

Lundi 14 /09

C est trop dur de trouver un coin pour remplir notre blog !

Les billets seront rares

Nous sommes a NIJNI-NOVGOROD, a la poste centrale ; nous avons retrouve la lettre (c est pas la proposition de Benjamimovitch)

Il fait beau ; aujourd hui JP a decouvert au petit dej la kacha

Nous avons fait le tour des remparts du Kremlin de Nijni.

Belle vue sur la Volga, large.

Notre logeuse, Svetlana connait bien Grenoble et le lycee Champollion

Des bulbes, des bulbes colores, des eglises restaurées.

Impossible pour le momemt de repondre dans le FORUM et de mettre des photos.

Ce soir 1ere nuit dans le Transsiberien.

 Mardi 15/09

Bonne nuit dans le Transsiberien.

Defile de forets aux couleurs d automne, des petites maisons de bois aux toits colores.

Ekaterinbourg est magnifique.

Cette fois, nous sommes accueillis chez une nounou a automobile . elle gagne sa vie en conduisant des enfants. elle vit avec sa maman nonne dans un couvent. Decidemment, dans ce voyage nous rencontrons des personnes sympas, tres variees

 

pour l instant la lettre manquante dans le premier message n a pas ete trouve. Meme pas par Benjaminovitch

 Mercredi 16/09

Tres beau temps toujours

Apres une bonne nuit, nous avons la journee pour decouvrir cette magnifique ville (la 3e de Russie

un melange de moderne de bon gout et de traditionnel)

nous avons visite l eglise d un monastere de femmes absolument sublime : finesse de la decoration, chants, sons des cloches, icones... de quoi donner envie de devenir nonne comme Genia

Ekaterinbourgekaterinbourg.wmv (8.79 Mo)

Nous avons vu la cathedrale sur le sang verse construite pour honorer Nicolas II et sa famille morts dans cette ville

Du haut de la tour VYSOTSKY, nommee ainsi en hommage au chanteur populaire, tres aime des  Russes et interdit sous Brejnev, nous avons regarde la taiga en direction de Krasnoiarsk notre prochaine escale ( apres 2 nuits en transsiberien). pendant la visite, nous avons fait la connaissance d une mamie, fan de Vysotsky, qui ne voulait plus nous lacher, car tellement contente de rencontrer des Francais qui connaissait cet artiste.

 Nous garderons un souvenir ebloui de cette ville dynamique, jeune ou il doit faire bon vivre, malgre un passe historique tragique.

Bises a dans 3 jours. Pas de photos pour le moment.

 

Vendredi 18/09

Mercredi soir Irina, notre championne de la conduite en ville (déplacements pour enfants et femmes exclusivement) nous a conduits à la gare d'Ekaterinbourg.

Cette fois-ci, nous avons 2 jours et 2 nuits de train.

Maintenant nous avons moins l'air de Martiens débarquant sur une autre planète.

Nous savons retrouver le train plus facilement : "plateform" ou quai et "pout' ou voie n'ont plus aucun secret pour nous. Dans le train nous maîtrisons parfaitement les rituels : faire son lit, enfiler ses tapotchkis (pantoufles), aller chercher son eau chaude au samovar, connaitre les moments où on peut aller aux toilettes, trouver comment fonctionne le robinet du lavabo (original petit système pour faire couler l'eau), se mettre en tenue décontractée. 

Nous étions bien fatigués : le voyage nous a paru très court. Mais nous avons pris la peine de descendre du train à Novosibirsk pour jeter un coup d' oeil sur la gare. Bonne idée : cette gare est splendide et monumentale : marbres, lustres, salles de repos gigantesques.

Et puis, arrivée à Krasnoïarsk.

Nous avons lamentablement négocié le prix du taxi pour aller à l'hôtel !

Fin de la Sibérie occidentale.

La température baisse : gros rhume pour Mamie Framboise !

Samedi 19/09

Bonne nuit réparatrice dans un hôtel très confortable. 

Nous pouvons utiliser les services de lavage de linge.

Krasnoïarsk a priori, nous semble une ville quelconque, après la gracieuse Ekaterinbourg.

Visite du musée régional très intéressant sur la vie en Sibérie avant la révolution. 

Le lendemain, nous sommes partis en exploration a la recherche d'un cordonnier pour réparer un sac à dos qui lâchait (rimont sac à dos : Hélène comprendra). Nous avons trouvé la minuscule boutique d'un cordonnier ouzbek de Samarcand (ça c'est pour Lila !) qui ne voulait même pas être payé.

Le reste de la journée, nous avons été faire un tour dans la réserve naturelle des Stolbys, but de notre arrêt à Krasnoïarsk.

Jolie balade dans ce massif parsemé de hauts blocs de granit et haut lieu et berceau de l'alpinisme en Russie, depuis le milieu du 19e. C'est un peu comme Fontainebleau, avec plus de dénivelé et beaucoup plus vaste. Nous nous sommes arretes dans une yourte pour boite un thé, dit thé du chaman. Bienvenu ce thé magique pour soigner le mal de gorge de Françoise. Avons vu un drôle de petit écureuil zébré. Serait-ce un cheapmunk russe (pour Marie) ?. 

Vous avez peut-être remarqué que nous avons progressé au niveau de la frappe ?

Nous avons fini par craquer pour ne plus passer pour des moujiks attardés à la recherche d'un point Internet avec ordinateur, Nous avons acquis un objet bien connu que les Russes appellent "planchette".

 

Un peu de temps de prise en main et nous espérons bientôt pouvoir déposer des photos sur le site.

Un indice pour le jeu de la lettre : elle est apparue dés que nous avons rajouté la date du premier jour du carnet.

 

Dimanche 20/09

Apres une

belle balade le long de l' Ienisseï, nous sommes allés prendre le train pour Irkoutsk. A la gare, oh ! Surprise, une couchette en 1ere nous attendait : le grand luxe !

1 bonne nuit plus tard, arrivée à Irkoutsk.

 

Lundi 21 09

A l'arrivée, Marina nous a indiqué quel bus prendre pour aller sur l'ile d' Olkhon.

Un van de 15 places conduit par un chauffeur bouriat habile nous y a déposé au bout de 6 heures. Quel voyage ! 

Nous avons vu d'abord défiler la steppe (presque mongole) avec chevaux et vaches en liberté et même cow boy russe ! Puis des forêts, des forêts aux belles couleurs d'automne, avec parfois de grandes zones brûlées. Puis soudaine descente sur le Baïkal. Une grande mer bleue au milieu d'un paysage pelé et très venté. On a pris le bac pour aller sur l'ile

Mardi 22 / 09

 

On vous envoie à tous plein de "Good vibrations". Nous n'avons pas la tête à faire marcher la planchette, si près du lieu sacre du chamanisme. On vous dira tout plus tard. Bises.

Ile d olkhoneile-d-olkhone.wmv (6.75 Mo)

Mercredi 23/09

Excursion au Cap Khoboi, tout au bout de l'ile. Arrêt à chaque cap porteur de légendes liées à leur forme. Tout cela a pris la journée, car il n'y a pas de route à cet endroit, mais plutôt une piste boueuse car il pleuvait. Au milieu de la journée, le chauffeur s'est arrêté pour préparer une bonne soupe de poisson à l'omoul ( non pas "aux moules !") sur un feu de bois. Vous n'allez pas le croire, mais les plus frigorifiés du groupe étaient 4 finlandais !

Demain nous quittons l'ile d'Olkhon et la petite pension  douillette d'Anna, pour 2 jours à Irkoutsk.

C'était très beau, mais ce qui gâche le paysage, c'est une quantité incroyable de déchets qui jonchent le sol des forêts, de sacs plastiques accrochés aux arbres... Pierre, Olkhon a un besoin urgent de ton expertise dans ce domaine !

Jeudi 24/09

Nous avions oublié de vous dire que Anna avait hier allumé le poêle de son bania russe et que nous avons testé cette tradition. Au bout de 30 minutes, nous étions suant, transpirant et le cerveau tout mou. Belle expérience. 

Bon Maintenant zavtrak (petit déjeuner) et 5 heures de bus pour regagner Irkoutsk.

Vendredi 25/09

Nous sommes a Irkoutsk depuis hier soir, chez Nadia.

Depuis ce matin, nous nous promenons, eblouis, dans les rues d'Irkoutsk, splendide, avec ses batiments aux facades d'epoques variees : petites maisons de bois travaille, preservees, facades du debut du XXe siecle, immeubles recents arrondis.

Ils ont ici des poubelles extraordinaires, en fer forge, tres elegantes, ainsi que des gouttieres extremement belles. J'ai pris beaucoup de photos.

Malheureusement, nous avons toujours des problemes pour deposer des photos sur le site.

Nous pensons que ce n'est pas la peine de perdre du temps avec ca. Nous verrons plus tard. Mille pardons de ne pouvoir pour le moment partager avec vous ce que nous voyons.

Sur ce clavier, je ne trouve pas les accents.

 

Nous nous appretons a visiter la maison-musee Volkonskii, maison rappelant l'histoire des Decembristes, des opposants aristocrates au tsar, exiles en 1825, apres une revolte ratee. Cette maison rend hommage aux femmes des decembristes qui ont tout quitte pour suivre leur mari condamnes a de lourdes peines en Siberie. Ces aristocrates ont essaye de recreer en Siberie l'atmosphere litteraire qui regnait a l'epoque dans les grandes villes comme Moscou ou Saint-Peterbourg.

Demain, cap sur Oulan-Oude et la culture bouriate.

Quelques messages a la famille.

Celine et Francois : votre sac Amundi est tres solide et nous rend de multiples serv​​​ices. Le mien malgre la couture du cordonnier ouzbek a lache.

Plein de calins a la petite julie (krassivaia, vissiolaia : jolie, gracieuse, comme nous a dit natalia, a laquelle nous avions montre sa photo.

Marie et Cyril (votre adresse, please et celle des parents de Cyril) que de belles promenades vous pourriez faire dans cette belle nature.

Benji, nous esperons que ton sejour velo dans le Vercors et en Savoie se passe bien.

Gilles j'ai trouve des petites pommes siberiennes dont je vais garder les pepins. je cherche 2/3 kartochkis (pommes de terre) a te rapporter.

Patrick, tes tubes de creme de marron sabaton sont maintenant distribues ; ils ont fait grand plaisir. Pour toi creme de marron se dit en russe ; sladskii kachtanskii piouree ou sladskii piouree kachtanof.

Pierre, tu ne veux pas venir ici ? Il y a beaucoup de travail a faire pour resoudre le probleme des dechets sur l'ile d'Olkhon. Ca urge, car un tourisme de masse se prepare.

Bises a tous.

 

Samedi 26/09

 

C'est chez un guide bouriat que nous dormons ce soir

Comme il parle très bien français, je vais pouvoir reposer mon cerveau tout fatigué.

Au programme demain, découverte de Oulan-Oude et environs.

Peut-être une consultation chez un lama pour soigner le rhume de JP. Aldar, notre hôte nous a dit que les lamas etaient plus sérieux que les chamans. Bon, mais vont-ils accepter nos cartes vitale ?

 

Dimanche 27/09

Comme nous sommes loin du centre ville, Aldar nous explique comment fonctionnent les 

"marcheroutchki" ces tout petits autobus de 12 places qui sillonnent les villes. Aux arrêts de bus, vous levez la main. Pas comme ça, pas le salut nazi, vous allez vous faire casser la figure ! Surtout qu'on vient de fêter le 70e anniversaire de la victoire ! Bon. Le bus s'arrête, vous montez, mais vous ne payez qu'en sortant, 17 roubles, où que vous alliez. Quand vous voulez descendre, vous criez : octanovka !

Parfait ! Ça marche tres bien ce système.

On a donc passé la journée dans un bel endroit, le musée ethnologique, dédié à la culture bouriate, à l'histoire de la colonisation de ce vaste espace par les Russes et aux exilés qui l'on peuplé : peuples anciens (Evenks...), bouriates, vieux croyants, colons, cosaques, aventuriers, bagnards, exilés divers.

De retour au centre ville, nous avons salué Lénine qui a toujours la grosse tête ( à Oulan-Oude, se trouve la plus grosse tête de Lénine du monde !

Pour père Igor et mère Caspienne, mais sans leur talent :

Sur la place des soviets, des chinoises rient, Lénine baille, JP s'gele et s'casse.

Ce soir pour lui, Doliprane ou chamane ?

 

Mercredi 30/09

Lundi matin, cap sur la gare de Oulan Oude à 6h30, pour 2 jours et demi de train. Une énorme Lune orange, très basse sur l'horizon nous montrait le chemin. Dans le train, cette fois-ci, comme le voyage durait plus longtemps, nous avons eu le temps de discuter avec des voyageurs, mais surtout avec Serguei, un Sibiriak et fier de l'etre, ingénieur en aéronautique qui a travaillé plus de 20 ans à Baïkonour. Il était si bavard, qu'il nous a fait rater la photo du fronton de la gare de Birobidjan, avec des caractères cyrilliques et hébreux, puisque Staline y avait créé une région autonome juive.

Nous avons vu défiler bouleaux, mélèzes, pins aux couleurs d'automne et toujours, des petits villages aux maisons de bois coloré.

Oulan khaboulan-khab.wmv (7.35 Mo)

Nous avons traversé des zones déjà gelées ou toujours gelées (permafrost).

Taiga en automnetaiga-en-automne-3.wmv (3.22 Mo)

Khilok riverkhilok-river.wmv (7.02 Mo)

Cet après-midi, arrivée à Khabarovsk sous un beau soleil. Nous avons filé au débarcadère pour une petite croisière d'une heure sur le gigantesque fleuve Amour.

Fleuve amourfleuve-amour.wmv (3.71 Mo)

Nous déposons sur le site quelques photos de coucher de soleil grâce à notre brave planchette qui fait tout depuis que notre appareil photos a pris froid à Irkoutsk.

 

La ville semble magnifique. Nous vous en dirons plus demain.

 

Jeudi 01/10

Quelle belle surprise, cette ville de Khabarovsk, très fleurie, très verte, avec ses deux larges promenades piétonnes qui partent du fleuve et traversent toute la ville. Les berges du fleuve sont aménagées avec goût et offrent d'agréables lieux pour flâner. Un gigantesque complexe sportif donne également sur le fleuve. Il doit faire bon vivre dans cette ville qui paraît dynamique : beaucoup de joggers, des classes qui faisaient du foot...

Les bâtiments anciens (façades 19e, art nouveau, art déco) et les immeubles récents et colorés font bon ménage avec les anciens. 

Comme dans toutes les villes que nous avons traversées, les bulbes des églises sont étincelants. Vraiment Khabarovsk restera parmi les villes qui nous ont plu.

Malheureusement, il s'est mis à pleuvoir. Une visite au musée régional nous a réchauffés. On y voit des effets personnels de Vladimir Arsenief, l'auteur du récit " Dersou Ousala", qui était aussi ethnologue et voyageur. On y voit une amusante robe  "Perestroika" ...

On a fini la journée au marché central, une vraie caverne d'Ali Baba ! Vaisselle, vêtements, tout pour la maison et surtout, charcuteries, poissonneries, boucheries, des légumes, des fruits, du miel. Bref un festival de senteurs et de couleurs.

Nous prenons le train en soirée avec le regret de ne pas passer plus de temps dans cette ville plaisante avec ses vastes trottoirs bordés d'arbres.

A la gare, nous repérons vite notre "koupé". Et là, sur la petite table, le couvert est mis. Nous ressortons en pensant que nous nous sommes trompés ou qu'il est occupé. Et, non ! On nous explique que le repas est compris dans le prix du billet. Les emplettes que nous avions faites au marché sont inutiles.

Nous avons remarqué que plus nous allons vers l'est, plus le standing de nos compartiments augmente.

Nous jouons comme des gamins avec les miroirs qui se font face et qui créent des reflets à l'infini (voir les photos)

C'est notre dernière nuit de train.

Vendredi 02/10

C'est la fin du voyage.

Nous arrivons à Vladivostok sous un beau soleil d'automne.

l'Océan pacifique défile derrière les vitres du wagon. Voici le grand pont qui emjambe la baie.

Les habitants de Vladika le comparent à celui d'Istanbul, puisque la baie est aussi appelée la Corne d'Or.

En fait, nous sommes déçus.

Pacifiquepacifique.wmv (11.62 Mo)

Le temps vire vite au gris et la ville est sans grâce. Après un passage éclair au Musée Arsenief et au funiculaire, pour le point de vue sur l'Ocean pacifique, où des cohortes de Chinois se photographient devant la statue de Cyril et Méthode, les fondateurs de l:alphabet cyrillique, c'est au marché que nous passerons le plus de temps. Les vendeurs de miel sont nombreux : nous achetons des petits pots à un apiculteur qui a sur la tête son masque protecteur.

Donc :

Vladivostok

C'est un peu mastok !

La mer est grise

Le ciel est bas

Y'a plus d'isbas !

Sur le gâteau

Pas de cerises !

Même les photos

Sont tristounettes

Sur la planchette.

Mais y'a l' marché

Qu'est très sympa.

C'est décidé

Le voyage s'arrête là.

Dimanche 04/10

Eh bien non, le voyage n'est pas fini !

Les retards s'enchainent, nous sommes toujours en attente à Amsterdam.

Tout va bien ! Nous rentrons avec 24 heures de retard.

Merci à Gilles et Monique pour leur belle surprise !

Img 20151005 014246 1

Aucun article.