Créer un site internet

Dans le train

Les classes dans le Transsibérien

Interieur d'un wagon de 1ère classe

 

3 classes pour voyager dans le classique Transsibérien

- 1ère classe ou classe molle : la plus chère, avec un compartiment ne comprenant que 2 couchettes (nous y auront accès 2 fois,vers la fin du voyage).
 

Intérieur d'un koupé 2e classe

- Koupe ou 2e classe : compartiment avec 4 couchettes. Ce sont les couchettes que nous occuperons le plus souvent, mais seuls, car "Objectif Lune", notre agence nancéenne, nous a pris 4 billets pour 2. Nous avons beaucoup apprécié ce système qui nous a permis de voyager avec des Russes, les touristes allant souvent en 1ère classe, tout en ayant bien la possibilité de nos reposer.

- Platskart : 3e classe ou classe dure. Les compartiments ne sont pas fermés, il y a simplement des cloisons dans les wagons qui peuvent accueillir 54 places.

On peut aussi voyager dans des trains de luxe, comme le Golden Eagle et ses classes "or". Mais cela ne nous concerne pas !

 

A gauche : intérieur d'une classe molle (1ère)

A droite : intérieur d'un koupé (2ème)

A emporter : ce qui nous a beaucoup servi

- Montres : nous en avions deux. Jean-Paul avait une montre à l'heure locale, pour la vie quotidienne dans les villes dans lesquelles nous nous arrêtions en cours de voyage. D'autant plus que nous avons traversé 7 fuseaux horaires. Heureusement les Russes ont abandonné le système horaire d'hiver/horaire d'été ! De mon côté, j'avais une montre à l'heure de Moscou, puisque dans toutes les gares russes est affichée l'heure de Moscou et que les horaires d'arrivée et de départ sont indiqués avec l'heure de Moscou.

Montres

- Petit matériel de camping (gobelet, couverts).

- Lingettes, papier wc : il n'y a pas de douche dans la catégorie de wagons que nous avons occupés, l'eau du lavabo coule lentement et parfois, en fin de trajet, plus de papier toilette. Les boules Quies ne nous ont pas servi, mais elle peuvent être utiles quand on est placé dans un wagon près de la locomotive qui actionne ses sirènes très souvent pendant la nuit (cela nous est arrivé une fois). Elles peuvent être utiles aussi pour lutter contre les "tchoukoutchouk-tchoukoutchouk" du train, et le bruit des personnes qui montent et descendent aux arrêts de nuit.

- Quelques livres (ou une liseuse), des jeux pour passer le temps. Mais pendant nos trajets nous ne nous sommes jamais ennuyés, entre les petites discussions avec nos voisins russes, les temps de repos et surtout la contemplation du paysage qui ne nous a jamais lassés.

- Des provisions à grignoter. Cependant, nous avons vite constaté qu'il n'était pas nécessaire de se charger, car on trouve, le long des quais des gares, des petites épiceries et des vendeuses qui proposent de délicieux plats maison : blinis, pirochkis (rissoles), soupes, poisson fûmé (attention à l'odeur dans le train !). On peut aussi acheter de la nourriture au wagon restaurant. Par contre prévoir sa ou ses bouteilles d'eau est important : il n'y a pas d'eau potable dans le train et la "provadnitsa" (responsable du wagon), qui vend aussi quelques articles, est vite dévalisée en eau minérale.

- Enfin, le plus important : pantoufles (tapotchkis !) et tenue décontractée (jogging par exemple). Jean-Paul avait oublié ses tongs, alors nous avons fait l'acquisition d'une véritable paire de tapotchkis de compétition à Ekaterinbourg, que voici, ci-dessous.

Les tapotchkis de J-P

 

Commentaires (1)

Houston MacDougal
  • 1. Houston MacDougal (site web) | 03/09/2018
Des infos utiles pour préparer correctement mon prochain voyage à bord d'un train du transsibérien!

Ajouter un commentaire